jeudi 25 décembre 2014

Dan Bronson et John McT. Quatrième partie : Donna Dubrow & Flyboys


Cet article s'appuie essentiellement sur l'article 63 de ces confessions.


"Donna Dubrow and John McTiernan
invite you to join them
in celebration of their marriage
Saturday, the nineteenth of November
Nineteen hundred and eighty eight
at eight o'clock in the evening
at the home of Joel Silver."

Le chapitre commence par ce carton d'invitation. Dan Bronson et sa femme sont conviés au mariage du réalisateur et de la productrice chez Joel Silver, l'heureux producteur de Die Hard, le hit de l'été, dans lequel brille la nouvelle coqueluche d'hollywood, Bruce Willis, lui aussi invité avec sa femme, la très froide Demi Moore...

Puis Dan Bronson se souvient de la rencontre entre McTiernan, le réalisateur prometteur et Donna Dubrow, la jeune productrice très à l'aise avec tout le cirque hollywoodien. Deux personnalités différentes mais complémentaires.

A l'époque où le projet Nomads se concrétise, McTiernan et Dubrow sont tous les deux mariés. John essaie de vendre plusieurs projets. Il a sous le coude une nouvelle version de Robin des Bois qu'il finira par produire au début des années 90, puis la fameuse Quête de St. James Elk, film sur lequel il travaille dans le bureau qu'il occupe à la MGM avec le producteur Elliot Kastner.

Donna Dubrow en 1970,
dans la comédie Watermelon Man

de Melvin Van Peebles.
Puis Donna Dubrow divorce. John obtient son numéro et l'invite au cinéma. Pour voir quoi ? Pas n'importe quel film. Nomads, qui connait une sortie discrète un an ou deux après la fin de sa production grâce à un petit distributeur courageux, Atlantic Releasing Corporation. Le film ne fera pas d'étincelle au box office, mais il transpire le savoir faire de son créateur.

Entre la productrice dynamique et l'ours talentueux, c'est le coup de foudre. Donna Dubrow facilite la vie de celui qui n'aime pas la confrontation et les manigances nécessaires au bon fonctionnement de l'usine à rêve. Elle lui permet de penser un peu plus à son art et moins au bruit superficiel parasitant les tournages. Elle est présente lorsqu'il passe sa première grosse épreuve, Predator. Elle est là, aussi, sur le plateau de Die Hard, une épreuve plus difficile car il faut sans cesse retravailler le scénario, jouer au diplomate avec une star de série télé qui bosse le jour sur Clair de lune...

Die Hard sort le 15 juillet et explose le box office. Bruce Willis devient une star du grand écran et John McTiernan, un réalisateur à suivre de très près. Le couple se marie donc à l'automne de la même année, dans la maison de Joel Silver, le temple pré-colombien dessiné par le célèbre architecte, Frank Lloyd Wright.


Un mariage qui va durer une dizaine d'année, jusqu'au divorce prononcé en 1997. Un divorce en forme de guerre coûteuse, pour chacune des parties. La carrière de productrice de Donna Dubrow s'arrête net. Il rendra McTiernan aigri, voir (ou revoir) Thomas Crown et le personnage joué par Denis Leary pour constater les dégâts.

Pendant ces neuf années, le couple a produit quelques téléfilms via leur compagnie Tongue River productions, et essayé de monter quelques projets. Si Dan Bronson parle longuement de Juggernaut dans son livre, il est un peu moins loquace sur l'un de ses meilleurs scénario : Flyboys (chapitre 102). On sait juste que cet hommage aux pionniers de l'aviation, racontait le premier voyage autour du monde à bord de biplans à cockpit ouvert. Victime de la bataille opposant McTiernan et Dubrow, Flyboys restera malheureusement dans les tiroirs...

Dan Bronson posant avec son oeuvre,
25 scénarios dont les précieux
  JUGGERNAUT et FLYBOYS.

Si vous voulez en savoir plus, oui je n'ai pas tout raconté, ruez-vous sur Confessions of a Hollywood Nobody. C'est le livre à lire pendant les fêtes. Et pour une somme tout à fait abordable : moins de 5 euros au format Kindle. Pour une part d'histoire du cinéma américain des années 80 et 90, c'est donné.

Un immense merci à Dan Bronson pour sa confiance, son temps et son feu vert.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire