mardi 1 juillet 2014

Predator III - Shane Black


Quand, en 2012, j'ai appris que Schwarzenneger comptait revenir sérieusement aux affaires hollywoodiennes, j'ai tout de suite prié pour qu'il affronte une nouvelle fois le mystérieux chasseur venu l'espace. Une enquête effectuée par le site Joblo montrait que je n'étais pas seul à espérer un retour sur grand écran de Dutch, le mercenaire amateur de barreaux de chaise. Ce personnage inoubliable (car vulnérable ?) était placé dans le trio de tête de cette enquête, avec Conan et le T-800. Mais le temps passait et si les personnages emblématiques de Howard et de Cameron avaient plus ou moins un bel avenir devant eux (Legend of Conan attend les résultats de Terminator Genesis pour décoller), Dutch, lui, semblait condamné à ne (sur)vivre que dans l'imaginaire des fanboys dont fait bien sûr partie votre serviteur.

Comme on n'est jamais mieux servi que par soi-même, au début de l'année 2013, je me lance dans l'écriture d'un troisième Predator, un scénario mettant en scène ce bon vieux Dutch, un homme solitaire contraint de livrer une nouvelle et éreintante bataille contre le chasseur de l'espace. Le but n'était pas simplement de me faire plaisir, d'écrire une histoire bandante en oubliant que l'action est un gouffre à billets verts, des montagnes de billets verts. Je voulais qu'elle soit faisable et surtout, qu'on la lise. Que les bonnes personnes la lisent et se disent : tiens, on a du fric à dépenser, pourquoi pas. Avant d'en arriver là, la route est longue, surtout quand vous êtes et français et presque bilingue. Des solutions existent pourtant si vous avez un peu d'argent à dépenser. Vous pouvez par exemple vous offrir les services d'un traducteur et envoyer votre travail au site The Black List afin que des professionnels, des scénaristes travaillant à Hollywood, le lisent et le notent. Donc j'écris cette petite obsession histoire, trouve un traducteur et l'envoie aux States sur le site The Black List pour qu'elle y soit notée, comme à l'école. Et voilà le résultat, les points forts et les points faibles de mon Predator III première version :

Strengths

The movie has a strong sense of structure, with a clear inciting incident and character introductions, a specific goal that carries throughout the piece, and an exciting climax. The tone of the piece, particularly though dialogue and action, pays authentic and well-written homage to the Predator franchise and 1980s action movies on which the script is based. The quick pace and vivid action sequences made for an engaging read, and having Dutch put on the Predator’s weaponry was a strong twist.

Weaknesses

Dutch lacks a strong, emotional reason for rejoining the CIA and agreeing to fight after all this time, and it’s unclear what he stands to gain or lose from hunting the Predators after thirty years. The concept feels overly similar to the original Predator movies, and the script doesn’t feel like an update or modern twist on the material. The introduction of the Russian mercenaries feels thin and overly convenient, and their involvement in the hunt for the Predators after thirty years isn’t established or rooted in current world affairs in a way that makes it believable.

Ma note : 7/10

Encouragée par elle, je planche à nouveau sur mon scénario, tente de l'améliorer en prenant en compte tous les points faibles, même ceux que je trouve discutables, puis le renvoie. Ma nouvelle version sera bien sûr notée et critiquée par une autre personne. Mon but est simple, augmenter la moyenne, passer de 7 à seulement 8. 8 étant la note à atteindre pour entrer dans la fameuse Liste Noire. Hélas, malgré mes efforts, ma moyenne tombe à 6. Je retire mon script du site parce que je ne veux pas que ma moyenne descende davantage et aussi, parce que ça me coûte un bras (je suis alors sans emploi). Bref, je me dis que j'aurais dû, depuis le début, foutre la paix à Dutch et continuer à prier (qui a dit chercher du taf ?). Renvoyer ce mercenaire en Enfer n'était peut-être pas une si bonne idée.

Et puis, John McTiernan passe par la case prison. Les fans du monde entier peuvent lui écrire puisque la nouvelle adresse du réalisateur est rendue publique. Le temps passe, je ne trouve rien d'original à lui envoyer ni même à lui dire pour lui remonter le moral, jusqu'à ce jour de novembre 2013 où je décide de lui envoyer ce Predator III que la poussière commence à couvrir. Parce que ce n'est pas seulement un fan d'Arnold qui l'a écrit mais c'est surtout, et vous vous en doutez, un fan de McT. J'ai essayé d'y mettre toute l'humanité et toute la joie que j'éprouve en regardant ses films.

Tout ça pour vous dire que l'annonce d'une suite de Predator premier et deuxième du nom (Predators comptant évidemment pour du beurre) par Black & Dekker me fait considérablement plaisir. Comme si quelqu'un avait entendu ma prière. Dans l'espace, si personne ne vous entend crier, peut-être qu'on vous entend au moins prier... Je ne vois rien d'autre à ajouter. Fin de transmission.


...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire